MON MANU NOUS VOILA (2)

                    LAURENT, UN DES DERNIERS SOUTIENS DE MACROLEON A INITIE UNE MARCHE DE SOUTIEN AU MARECHARLOT LE 27 JANVIER.

NOUS AVONS SOLLICITE LE GRAND CORNEILLE ET RODRIGUE POUR NOUS FAIRE LE RECIT DE CETTE PITOYABLE EPOPEE

                       Marcharlotnsvoila

 

                          

                               LAURENT VIENT DEVANT LE ROY MACROLEON Y CROUTON.....

 

   Sous moi donc cette troupe s’avance

Chacun son gilet rouge lui retenant la panse

Nous partimes deux cents mais FR3 aidant

Nous nous vîmes mille fois plus en arrivant aux Champs

Avant que d’arriver nous avions fait ripaille

Pour plaire à notre maître dans quelque Courtepaille

Menu à deux  cent balles, c’est Gérard Darmanin

Qui règla l’addition aux frais des gros crétins

Qui chaque jour que Dieu fait paient l’impôt comme des cons

Pour qu’il y ait la farce, faut trouver le dindon.

A ma droite chevauche l’immense BHL

Qui grimpé sur son âne veut déployer ses ailes

Pour se transfigurer en Pégase fulgurant

Prêt à estramaquer cette bande de « sans –dents »

A ma droite se dresse le noble Migue la Une

Qui de Limerdation porte haut la tribune

Le peuple , cette racaille , se doit d’être dissous

Si à son torche- cul il refuse ses sous

Tout prêt de là se tient le terrifiant Yann Moix

Dont la pensée se tient dans un paté de foie

Bradé par Carrefour dans un coin de rayon

Car il a dépassé la date de péremption

Déjà , je l’aperçois car il n’est jamais loin

Venu de BouFeMerde voici Cacabourdin

Suivi comme son ombre par quelque vieux débris

Bon Dieu mais c’est bien sûr Jean-Michel Apathie

Plus loin j’entends déjà que s’élèvent les chœurs

Des groupies enivrés de Manu l’Empereur

Juché sur son baudet Castaner les harangue

Mumu leur montre même comment tirer la langue

Sous son imperméable cachant sa quéquette

Il est aussi venu ce cher Dany Braguette

Pour lui les gilets jaunes sont l’ombre  des SS

A chaque instant il crie CRS S.O.S.

Il faudra tout à l’heure déployer du courage

Pour vaincre ces barbares habités par la rage

Ces gueux sont vénéneux et celui qui le dit

Il sait de quoi il parle car c’est Bruno Jeudy

Sorti de sa Mayenne, imbécile et heureux

Ravi d’enfin quitter la compagnie des boeufs

Et du diable vauvert on voit soudain surgir

Comme un hurluberlu , ce doit être un satyre

Mais non , on se rassure , car ne n’est que Juncker

Exhibant une bouteille et réclamant un verre

On en cherche un partout mais hélas c’en est trop

Pour lui d’attendre alors il la boit au goulot

On laisse le pochetron la bas afin qu’il cuve

Quand soudain , intrigué je renifle une effluve

J’aperçois tout la bas en haut de l’avenue

Tout comme un grand soleil qui me trouble la vue

Et ce qui est la bas, j’en mesure vite l’aune

Bon Dieu , mais c’est bien sûr ce sont les gilets jaunes

Des gaulois réfractaires qui sont à nos trousses

Et qui vont à mes troupes très vite coller la frousse

Il devient alors clair que c’est Migue la Une

Qui au fond de son froc a du en lacher une

Car à vingt mètres autour, on se pince le nez

Comme une cornemuse, Quatremerde  a pété

Et pourtant Castaner en accuse Aphatie

Voila que dans nos troupes monte la zizanie

Marion Cotillard dit que sous ses dentelles

Nicole Belloubet pue en fait le diesel

Qu’il est insupportable de balader son cul

Quand on sait à quel point celui-ci pète et pue

Voila que de partout de Yann Moix on se moque

Et on comprend pourquoi : il a chié dans son froc

Penicaut voudrait bien changer sa couche culotte

Qu’elle sent maintenant toute remplie de crottes

Arrive Adie Plenel de bave dégoulinant

Le sycofiente sait la cause de nos tourments

Car c’est au Courtepaille tout au fond des cuisines

Que naquit le complot qui cause notre ruine

Voulant montrer à tous qu’il avait le souci

De gérer le pays avec économie

Macroleon lui-même s’était mis au fourneau

Avec Edouard Philippe, on n’est jamais de trop

La corvée de patate lui va comme un gant

C’est celle qui vous échoit quand on est con et grand

On avait à la plonge commis Christine Angot

Qui n’était pas ravie d’écoper du boulot

C’est clair qu’on ignorait son immense génie

Qu’on lui confiait des tâches dignes de la Mère Denis

Voila que Benalla en sortant des latrines

Lui met la main au cul tout en sortant sa pine

Il lui dit sur le champ fais moi donc une pipe

Car la mienne est plus grosse que celle d’Edouard Philippe

C’est ainsi que Christine par ce mufle humiliée

Dans les œufs de l’omelette est allée déféquer

Et qu’au lieu de la truffe au menu annoncée

De la merde d’Angot nous avons avalé

Pour Macron et Morues voila la débrandade

L’armée des Marie-Louise sombre dans la panade

La panade serait d’ailleurs la bienvenue

Si elle ne provenait du trou de notre cul

En ce sinistre jour, il fallait que l’on perde

Humiliée et vaincue, la Raie Publique en Merde

Il avait commencé pour nous tous en marchant

Nous vivons son trépas, hélas , en nous conchiant

MK 6/1/19

 

Ajouter un commentaire