Guillon victime parlera des poissons rouges

24 mars : Guillon, ce matin, joue la stratégie victimaire. Puisqu'il ne peut plus décrire ses cibles préférées entonnant des chants nazis, il nous fait une présentation du remaniement ministériel sur une tonalité que n'oserait même pas Mougeotte. Je persiste et signe : Guillon a du faire une école de journalisme , dans les années 80 à Bucarest car son style rappelle volontiers celui des zélateurs du Conducator. Manifestement, il a du savoir faire et c'est presque drôle.

Sauf que , et ce sont manifestement là ses limites intellectuelles il ne se rend pas compte du grotesque de sa démonstration. Ce qu'il dénonce comme censure est précisément ce qui est imposé à Zemmour lequel Zemmour est présenté par ses soins entonnant des chants hitlériens.

Car Zemmour n'a pas dit ; les noirs et les arabes sont des trafiquants ce qui aurait manifestement constitué une affirmation raciste mais « La plupart des trafiquants sont noirs ou maghrébins »

Constatation purement statistique confirmée d'ailleurs par Philippe Bilger , magistrat me semble-t-il , dans Marianne 2 où il invite ceux qui en douteraient à assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles au tribunal de Paris pour s'en convaincre, Tiens d'ailleurs, on se demande pourquoi la LICRA n'a pas porté plainte contre Bilger

Ce que l'on reproche à  Zemmour au fond , c'est d'avoir ouvert sa gueule, d'avoir comme dit Bilger, non pas affirmé une chose fausse mais enfreint la censure,

Puisque Guillon semble avoir du talent pour écrire comme un journaliste servile ( il nous l'a démontré ce matin), je pense qu'il faudrait lui demander de réécrire ce qu'aurait du dire Zemmour pour ne pas s'exposer à ses invectives. Ce serait d'ailleurs très pédagogique pour les auditeurs de France-Inter, à défaut de les faire rire

Et enfin , non pas pour en terminer avec Guillon car ce serait peine perdue , faut il lui rappeler deux ou trois choses élémentaires


  1 – La qualité d'un vrai humoriste se mesure à sa capacité à rire du sacré

   2- Ceux qui sont, dans les systèmes totalitaires en charge de faire de l'humour ne sont évidemment pas là pour critiquer la norme mais pour rire aux dépens des éventuels opposants

3- Le politiquement correct qu'il défend chaque matin est une forme molle du totalitarisme qui n'envoie pas au Goulag de Soljenitisne mais à un Goulag « social » où l'opposant est sociétalement mort: c'est ce que l'on promet à Zemmour

4, On trouve à chaque période de l'histoire des individus prêts à endosser ce rôle , Marat par exemple pendant la Terreur et Vichinsky sous Staline et Guillon a tout le choix nécessaire pour être héritier de qui il veut mais... surtout pas de Coluche de Desproges ou de Reiser qui lui auraient chié dessus


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau